L’art d’être un « bisounours enragé » en 6 points

PARIS THE MOST BEAUTIFUL CITY IN THE WORLD

L’hypersensibilité

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler de la façon dont fonctionne le cerveau de 20% de la population, dont je fais partie. L’hypersensibilité traduit en effet une sensibilité accrue au niveau physique et émotionnelle. Avec un mentale plus actif, nos sens physiques perçoivent les choses plus intensément que les personnes qui ne sont pas hypersensibles. Au niveau des émotions, c’est très intense ce que l’on vit. Autour de cette sensibilité accrue, on va développer une personnalité, un fonctionnement mental, physique et émotionnelle différent de celui de la plupart des gens. Ce n’est pas une maladie, c’est juste une différence. Et lorsqu’on arrive à la comprendre et l’apprivoiser, on sait où l’on va, on peut identifier des priorités, et supprimer tout ce qui n’a pas d’importance.

Cela s’appelle un fonctionnement hypersensible ou hyper-emphatique

Et cela se traduit, au niveau des sens, par le fait qu’on puisse être sensible au bruits continus, qui sont trop forts, et peuvent nous paraître violents. Ou à des ultrasons, et des bruits stridents qui ne semblent pas forcément déranger les autres personnes.

Au niveau visuelle, nous sommes souvent déranger par des lumières éblouissantes qui n’éblouissent pas tout le monde. On va la trouver envahissante, gênante, par rapport à la plupart de notre entourage, que ça ne va pas déranger plus que ça. Ou encore on peut avoir une sensibilité accrue à certaines matières dans les vêtements. Ou être complètement réfractaires à ce que l’on nous touche à certaines parties du corps (dos, épaule, avant bras).

L’hyper-émotivité

Chez un hypersensible, les émotions sont vécues beaucoup plus intésemment que chez d’autres. On éclate facilement de joie, on se réjoui vraiment pour des toutes petites choses du quotidien. Mais la tristesse peut aussi être écrasante, ou encore la peur, et l’angoisse peuvent être envahissantes et faire souffrir. Et ça, ça nous pousse à travailler sur nous, à dépasser nos émotions et à grandir spirituellement.  Ca peut être une bonne chose… pour développer des mécanismes, et pour supporter ces souffrances, nous élevons spirituellement et avons donc une plus grande capacité à relativiser et à être indulgent. 

L’hyper-empathie émotionnelle 

C’est quand vous pouvez ressentir l’état émotionnel de votre interlocuteur. Quand vous pouvez vous mettre à sa place. C’est lorsqu’une personne vous parle, et que vous pouvez détecter instanément l’émotion qui est en elle (et cela, sans avoir à observer les différents signes physiques qui traduisent son émotion) : vous pouvez savoir si elle est triste même si elle ne pleure pas, même s’il ne dit pas « je suis triste », que quelqu’un a peur même s’il ne crie pas de peur. Cette hyperempathie vous permet aussi de ressentir : quand quelqu’un vous dit quelque chose qui n’est pas du tout en cohérence avec ses intentions, en gros quand il ment. Que ce soit un mensonge conscient ou insconscient. 

Un besoin de comprendre les choses

Ce qui engrange une hyperactivité mentale. Il faut savoir canaliser ses pensées : car si vous avez tendance à vous répétez, que vous n’êtes pas à la hauteur, que vous ne servez à rien, cela peut être très lourd car vous n’arriverez pas à arrêter ces pensées. Au contraire si vous travaillez à transformer ces pensées en idées motivantes, en idées de création créatives, cela est un réel don qui va vous permettre d’arriver à un seuil critique d’apprentissage absolument incroyable pour pouvoir avancer dans la vie sereinement et développer vos passions. Un hypersensible a besoin de sens dans tout ce qu’il fait car il a besoin de comprendre.

Des relations vraies

Les hypersensibles ont besoin de tisser des relations avec des personnes avec qui elles peuvent discuter de choses importantes, avec qui elles peuvent de poser des questions existentielles et essayer de les résoudre. Dans tous les cas des relations basées sur l’authenticité. Un hypersensible a besoin de relations vraies et profondes avec des gens avec qui il peut aborder des sujets intéressants et variées qui touche à tous les domaines.

Quête de sens dans ses activités quotidiennes

Il n’est pas simple de vivre avec cette particularité. Néanmoins, une fois qu’on parvient à identifier ce qu’il est et ce qu’il peut nous apporter, arrive le moment lors duquel on apprend à gérer de nombreux détails. On voit des choses que les autres ne voient pas, et cela devient assez excitants, on comprend pourquoi on a tant besoin de faire les choses avec intensité, d’aller au fond des choses, de défendre ce que l’on pense juste, d’aller au bout de notre choix de vie peu importe ce que l’on peut dire à côté, car cela a du sens pour nous. Sans sens, nous ne pourrons pas avancer. 

L’hyper-empathie

L’hyper-empathie c’est le fait de savoir se mettre à la place d’autrui, et cela engendre le respect et une bienveillance à autrui, en partant du principe  que tout le monde fait face à des problèmes, doit gérer des responsabilités, du stress au quotidien. Quand tu comprend autrui, tu peux éviter de lui faire des choses que tu n’aimerais pas qu’il te face, tout simplement. Cela permet de savoir rester à sa place, et camper sur ses positions quand on estime qu’elles sont justes. Tout en le faisant de manière démocratique et et justifiée, ou l’art d’être un bisounours enragé. 

Tout ça pour dire que si vous vous êtes reconnus, et que vous ne vous sentez « pas comme tout le monde », « différent », avec un grand besoin de solitude, vous n’avez pas les même réactions, vous n’êtes pas obligé de vous faire violence pour devenir comme les autres, et devenir une personne différente. Le plus important c’est de s’accepter telle que vous êtes et d’être heureux. 

A bientôt chez Minikan.

PS : la chemise Mantatisi est bientôt disponible sur la boutique Afrikrea et sur minikan.co