5 astuces du développement personel

Se connecter à l’instant ou la pratique de la pleine conscience

 

IMG_0539

C’est une des choses les plus difficiles à faire, au monde. Pour se connecter à l’instant présent, il faut apprendre à être attentif à la fraction de seconde où notre cerveau passe du mode « ego-conscient » au mode « mental-conscient ». Pour faire taire notre ego, qui se charge de nous faire croire que nous sommes le centre du monde. C’est un exercice mental complexe, qui peut se maîtriser à force de répétitions, comme un sport de haut niveau. C’est ce qu’on apprend dans le livre « On es foutu, on pense trop! Comment se libérer de Pensouillard le Hamster » du psychiatre Serge Maquis.

Capture d_écran 2018-11-07 à 12.35.57

C’est un tout petit hamster qui est dans notre tête, et qui tourne, tourne, tourne. Il tourne en rond, sans cesse. Ce petit hamster est le reflet de notre cerveau, ou plus précisément de notre EGO. A cause de lui, notre cerveau se laisse envahir par des pensées peu structurées, influencées par notre environnement direct (embouteillages, manque de temps, imprévus, boulot, remarques désobligeantes etc). Une prise de recul par rapport à ce qui se passe autour de nous permet de se connecter à la tâche que l’on effectue dans le présent afin d’être plus productif. A tête reposée, on peut s’adonner entièrement à ce que l’on fait. Et se libérer de pensées parasites, qui nous empêchent d’avancer, ce qu’une de mes youtubeuses préférées « The French Way » appelle affectueusement du « Bull Shit ». On est plus performant lorsqu’on se libère de tout ce qui nous tire vers le bas (et qui est forcément inutile).

 

 

 

Comprendre ses motivations pour mieux s’orienter

 

IMG_0492Le plus important est de prendre le temps de la réflexion afin d’identifier les activités qui nous plaisent, la passion qui nous procure la sensation de ne pas avoir à fournir un réel effort même en travaillant, tant elle nous donne le sentiment d’accomplissement de soi. Je ne le répèterai jamais assez.

L’heure de mon 21ème anniversaire sonné, j’en suis venu à énumérer la liste de mes passions : dessin, mode, vêtements, arts visuels. Je venais d’avoir ma licence en Sciences de l’Information et me projetais vers une carrière de journaliste.  J’ai été déçue de voir que les portes étaient fermées pour les jeunes arrivants dans ce milieu assez fermé. Je voulais parler de mon pays natal, la Côte d’Ivoire ; de la guerre qui l’avait chamboulée au début de l’année 2011, année d’obtention de mon Baccalauréat ES, lors de laquelle nous, élèves de Côte d’Ivoire, avons été privés de nous rendre à l’école pendant deux mois. Utopiste, je pensais qu’être journaliste me donnerait le moyen de parler des injustices qui bouleversent le monde. Trop injustement. Je m’imaginais déjà journaliste politique et engagée. Réalisant que j’allais faire face à une forte censure, au cours de ma vie, je me rendais compte que je n’étais pas assez passionnée pour supporter cette injustice de devoir écrire sur des sujets « politiquement correct » uniquement. Cela m’étais totalement rédhibitoire, et vain, j’ai abandonné l’idée.

C’est alors que je me suis rendue compte que ma passion pour les vêtements et les arts visuels pouvaient se mêler, et permettre de créer des vêtements de mes doigts, tout droit sortis de mon imagination. La mode est un formidable moyen d’expression : on peut transmettre un message, en laissant une empreinte tangible dans les esprits. Eurêka! Mon cerveau fourmilla alors, se baladant d’idées en idées, pour élaborer capable de m’amener à ce but final. C’est en allant au bout de mon questionnement,  que j’ai créé la boutique de créations Minikan, qui est un résultat tangible et physique de ce que le développement personnel a pu m’apporter. Une des étapes pour réaliser mes créations, étant d’en connaître la méthodologie, je me suis alors mise à l’art de la couture, dans lequel je me suis épanouie pendant 3 ans. Aujourd’hui, en plus de m’atteler à maîtriser d’avantage cet art, je voudrais maîtriser certains logiciels informatiques de création graphique afin de transcrire les dessins que je pose sur papier vers l’ordinateur.

Nous devons absolument passer en revue les qualités et défauts inhérents à notre personnalité, pour identifier les capacités qui nous sont propres. A force de travail quotidien, il est possible de développer un, deux ou plusieurs talents. Retenons que chaque individu possède des capacités qui lui sont propres et innés ou qu’il peut acquérir plus facilement que d’autres. Se concentrer sur celles-ci permet de trouver sa voie. Une règle d’or : ne pas se préoccuper du regard des autres, mais avant tout se préoccuper de son propre bonheur. Pour être heureux, il suffit d’être en accord avec ses convictions, cela procure une paix intérieure qui vaut tous les regards du monde. Et s’il le faut, ne surtout pas avoir peur de changer de voie. Ce qui peut paraître un échec de premier abord, est en réalité une victoire qui se cache pas très loin.

 

Pratiquer la pensée positive « Les sages gardent le calme dans le cœur quand, en surface, c’est la tempête. »

 

IMG_0541 3C’est en ce sens que la philosophie bouddhiste parle du « sourire intérieur » assimilé à la paix intérieure. Dans toutes les situations de conflit où l’on sent la colère, un sentiment négatif et néfaste survenir, lorsqu’on est en face d’un interlocuteur, ou une situation difficle, il faut privilégier le « je »  au lieu du « tu », en partant de son point de vue pour faire comprendre à l’autre qu’on est blessé, qu’on a peur, ou qu’on est pas satisfait d’une situation. C’est en effet la douleur, la peur et la frustration qui engrange la colère.  Au lieu d’utiliser le « tu » qui est synonyme de reproche. « Je me suis sentie malmenée par ton manque de considération » passe mieux qu’un  « Tu n’es pas agréable », « Tu es méchant » ou « Tu n’es pas compréhensif », que sont ces affirmations générales, pas forcément véridiques… Le fait de prononcer ces mots peut conduire à des malentendus qu’on a même pas souhaité. Il faut savoir réagir à une situation de façon calme en se demandant justement avant qu’il soit trop tard : « Quelle est la meilleure façon de réagir face à ça? » Sachant que l’on est à 90% responsable des situations qui nous arrivent.

 

 

Adopter un œil positif sur l’extérieur

 

IMG_0528

Lorsqu’on regarde autour de soi, on peut avoir tendance à porter l’attention sur tout ce qui ne nous convient pas. La dernière paire de basket à la mode qu’on a pas, ou les parents qui ne comprennent pas notre choix de vie, ou la pluie qui nous retardent le matin en allant au travail. En fait, toutes ces choses si l’on fait simplement l’effort de changer notre regard dessus ne sont pas graves. On peut les voir avec un oeil tendre et indulgent, ce sont des faits qui font partis de la vie, et c’est parce qu’elles sont présentes que nous pouvons apprécier les bons moments. Sachant que comme une amie à moi le répète si souvent « ne nous sommes que de passage sur cette terre ». Si on tente plutôt d’énumérer les belles choses que l’on a et pour lesquelles on est reconnaissants, cela donne un état d’esprit positif général. Et une meilleure santé. Capables de réaliser les objectifs que l’on se fixe, car une fois que notre cerveau libère suffisamment d’hormones du bonheur (sérotonine, endorphine, dopamine, ocytocine, noradrénaline…) on se sent capables de tout.

 

 

Faire un tableau de ce qu’on aimerait être (les gens qui nous inspirent, le métier dont on rêve, etc).

 

IMG_0523

Perso, j’ai souvent les attitudes de Rihanna dans la tête quand je suis en panne d’assurance et d’estime de soi. C’est le prototype de la femme qui n’a peur de rien, ni de personne depuis que j’ai vu son premier clip à la télé « Pon The Replay » au collège, elle, n’avait que 17 ans. Et en 10 ans, elle n’a pas arrêté d’inonder les ondes (mouhaha) de ses chansons, de ses clips et de ses chorégraphies où elle danse incroyablement, avec un style bien à elle, et se met à nue (c’est le cas de le dire) devant des milliers de personnes. Elle est originale et unique. La styliste Loza Maléombho représente le prototype du « style unique » et exemplaire, à travers ses créations elle met en avant l’histoire de la Reine Abla Pokou et celle d’une part de l’Afrique. Pour vous donner de l’inspiration, et adopter le leitmotiv « fake it until you make it », « fais sembler jusqu’à ça soit évident ». Avec les photos des personnalités, des styles, des endroits qui vous font rêver, accrochés à votre bureau ou en face de votre lit, que vous pouvez visualiser dès que vous vous réveillez, et le soir avant de vous coucher, comment pourriez-vous oublier vos objectifs ?

 

IMG_0476 2

 

La route est longue mais comme le dit si bien notre ami Albert Einstein « La vie c’est comme une bicyclette, il faut continuer à avancer si on ne veut pas perdre l’équilibre »

 

Insta 6

IMG_0532

IMG_0612

With love ❤ A très vite sur Minikan !